Pour bien débuter l’année Laudato Si’ ! •

Depuis le mois de mai dernier, le pape François a proposé une année Laudato Si’ à toute l’Église afin que le plus grand nombre de chrétiens s’engage à prendre soin de notre planète. Cette proposition fait suite au cinquième anniversaire de son encyclique publiée en 2015 et qui reste très actuelle ! Cette dernière nous encourage à répondre aux défis climatiques et environnementaux. Le diocèse de Limoges et d’autres communautés chrétiennes s’inscrivent dans cette démarche avec le désir de voir naître de nombreuses initiatives. Le Sillon vous propose quelques pistes pour pouvoir répondre au mieux à cet appel du pape.

Une année Laudato Si’… Pour décrypter ce jargon, il suffit de savoir que Laudato Si’ est une expression italienne qui signifie « loué sois-Tu ». Ce sont les premiers mots d’un cantique que saint François d’Assise écrivit afin de louer Dieu pour la création. Le pape François a repris cette expression pour introduire une encyclique sur l’écologie et lui donner son titre, avec pour sous-titre « pour la sauvegarde de la maison commune ».

Publié à la Pentecôte 2015, six mois avant l’ouverture de la Cop 21 à Paris, ce texte a eu un large retentissement, au-delà des cercles catholiques. Il est adressé à tous ceux que l’avenir de notre maison commune – de notre terre – intéresse, c’est-à-dire à tout homme.

Cette Encyclique vigoureuse, fruit de la réflexion du Saint Père et de ses consultations, a nourri la réflexion dans de nombreux cénacles. Cinq ans après sa publication, l’impératif d’une « conversion écologique » à laquelle appelle le Pape est plus que jamais d’actualité. La pandémie mondiale que nous traversons le souligne encore. C’est pourquoi le Saint Père propose une « année Laudato Si’ » en 2020/2021. Son but est de relancer l’étude de ce texte, mais aussi que notre vigilance ne fléchisse pas et que des initiatives en faveur de notre maison commune continuent de fleurir. Un concours destiné à récompenser les meilleures initiatives est lancé… J’espère des prix limousins !

Une clef pour comprendre l’apport spécifique du Pape est que l’écologie ne peut être qu’intégrale. Selon l’étymologie, « oikos » c’est la maison.

L’écologie est la science de notre « maison commune », elle étudie les rapports entre les êtres vivants, leur environnement, la nature…

Or ce livre de la nature est unique et indivisible. Le Pape écrit : « l’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble et nous ne pourrons pas affronter adéquatement la dégradation de l’environnement si nous ne prêtons pas attention aux causes qui sont en rapport avec la dégradation humaine et sociale » (n° 48).

La crise environnementale ne peut être détachée de la crise sociale et du souci de l’homme. « Tout est lié ». Ce leitmotiv de l’encyclique intègre dans la notion d’écologie bien plus que ce que l’on y met communément. C’est un même mouvement qui veut protéger la création et ce qu’elle renferme de plus précieux, l’homme. Il n’est pas l’ennemi de la nature mais une de ses composantes et non la moindre. C’est le moment de choisir un mode de vie cohérent pour lequel la Révélation biblique nous donne des clefs nombreuses. La conversion écologique n’est pas la conversion au Christ. Mais la conversion au Christ inclut la conversion écologique et nous concerne donc tous.

Que bouillonnent dans notre diocèse les initiatives ! Bonne année Laudato Si’ !

+ Mgr Pierre-Antoine Bozo

Retrouvez l’intégralité du dossier aux pages 9, 10 et 11 du Sillon, n° 831 d’octobre 2020.

%d blogueurs aiment cette page :
Journal Le Sillon

GRATUIT
VOIR