Porter la communion au temps du COVID

Dans la lettre aux diocésains en date du 8 mai 2020, Monseigneur Bozo, invite à partir du 11 mai, début du « dé-confinement », à reprendre les visites aux malades et à leur porter l’Eucharistie. Entrer à nouveau au domicile des personnes qui ne peuvent se déplacer parce que malades, âgées, en situation de handicap… nous oblige en cette période d’épidémie à une plus grande vigilance qu’à l’accoutumée. Ainsi que notre évêque le rappelle, nous devons être prudents pour ne pas favoriser une reprise de l’épidémie. « Notre foi, écrit-il, n’est pas un vaccin contre le COVID. La charité à laquelle elle nous appelle oblige à l’exemplarité ».

Des précautions et recommandations indispensables:

Les personnes « à risques » sont invitées à discerner avec soin le bien-fondé de leur participation à ce service.

Toute personne présentant de la fièvre, un rhume, une toux ou tout autre signe infectieux ne rendra pas visite à une personne malade, ou  âgée, ou en situation de handicap.

Les mesures de  distanciation physique et les gestes barrières doivent être respectés, le port du masque est obligatoire.

Il conviendra de désinfecter la custode, extérieurement et intérieurement, avec de l’alcool ou de l’eau savonneuse avant et après chaque utilisation.

Il est important de redire qu’il n’y a pas de communion sans un rituel minimum :

Signe de croix,

Reconnaissance de la Présence de Dieu, et démarche pénitentielle.

Partage de la Parole de Dieu, (réduite à une phrase biblique si la personne est très fatiguée)

Notre Père,

Agneau de Dieu,

Au moment de la communion : une présentation du corps du Christ et une réponse du communiant,

Une bénédiction et une prière d’envoi.

La désinfection des mains avec du gel hydro alcoolique, se fera 4 fois : en entrant et en sortant de chez la personne, avant et après lui avoir donné la communion.

On veillera à ne pas être en face à face direct avec la personne. (Se placer en quinconce, idem au moment de la communion.)

La communion sera donnée dans la main, sans la toucher. Bien expliquer ce geste auparavant. (On approche l’hostie dans la main ouverte du communiant et on laisse tomber l’hostie au creux de sa main.)

Lorsque la personne, pour des raisons d’un handicap, ne peut recevoir la communion dans la main, la servir sur la langue, en ayant un gant à usage unique pris à ce moment là.

(Bien sûr, toujours veiller à ce que la personne puisse déglutir et si non, prendre une toute petite portion d’hostie consacrée que l’on aura humidifiée dans un verre d’eau naturelle ou gélifiée selon les cas.) En milieu hospitalier ou institutionnel, il convient de toujours demander au personnel soignant comment la personne peut recevoir la communion. Lorsque la communion est portée à plusieurs personnes en lieux différents ou familles différentes, on prendra une custode par communiant ou par domicile.

PASTORALE DE LA SANTÉ : la visite téléphonique continue. Vous, ou l’un des vôtres, est hospitalisé, ou en EHPAD, ou en structure d’accueil pour personnes handicapées. Vous vous sentez seul à domicile. Vous cherchez un soutien dans votre foi. Vous pouvez appeler : l’aumônerie du CHU : 06 08 54 85 34 ou bien la déléguée diocésaine : 06 74 53 52 66. Le N° « écoute soutien covid-19 » national est toujours ouvert jusqu’à la fin du mois de mai : 0806 700 772

%d blogueurs aiment cette page :
Journal Le Sillon

GRATUIT
VOIR