Dossiers

Veillez et priez avec l’ACAT

Qui sommes-nous ? Des chrétiens d’expressions catholique, protestante, orthodoxe, pour qui la lutte pour les persécutés n’est pas une option mais un choix libre et impérieux. 

L’ACAT, en France, c’est

28 000 donateurs et membres ; 270 équipes locales regroupées en 26 régions ; un Comité Directeur et un Bureau exécutif ; un secrétariat national avec 27 salariés, qui mène des enquêtes, publie des rapports qui font référence, alerte sur les situations de personnes persécutées. 

Que fait l’ACAT ?

Elle soutient la quête de justice, et intervient pour que cesse l’impunité des tortionnaires ; elle réclame des procès équitables là où la justice n’est pas respectée ; elle alerte sur les disparitions forcées ; elle lutte pour l’abolition de la peine de mort et soutient ceux qui y sont condamnés ; elle exige la transparence sur les ventes d’armes ; elle lutte pour un accueil des migrants respectueux du principe fondamental du droit d’asile ; elle enquête sur les coulisses du maintien de l’ordre…

Comment l’ACAT agit ? 

Par l’action et la prière, l’une étant complémentaire de l’autre. Dieu a besoin de nos mains qui écrivent pour dénoncer des situations inhumaines et ainsi porter secours aux personnes sans voix, pour informer les chrétiens et être ainsi plus nombreux à agir. Et dans un même temps nos prières sont là pour atteindre ces torturés derrière les barreaux afin qu’elles reçoivent une force intérieure, mystère de la puissance divine …

Et ici dans notre diocèse ?

Deux équipes : une à Limoges, une à Châteauneuf-la-Forêt, et des membres en Creuse. Le soutien actif des migrants, en Creuse ; des réunions tous les mois, des distributions de courriers d’interpellations au sortir des messes et des offices, une coordination avec le niveau régional (Poitou-Charentes et Limousin) et national (Participation à des commissions nationales, une vice-présidente nationale ; rencontres annuelles de formation Vivr’ACAT et AG annuelles), des « Nuits de veilleurs » le 26 juin, la participation à des campagnes de sensibilisation, en lien avec Amnesty, voire toute autre organisation partante ; des émissions sur RCF…Sans se décourager. Portés aussi par la joie fraternelle et la beauté des frères et sœurs de route.

Jacques Horaist et

Évelyne Fernandez-Boissard

%d blogueurs aiment cette page :