Restons solidaires et fraternels !

Dans le monde d’aujourd’hui, comme dans celui d’hier et comme dans celui qui vient, la solidarité auprès des plus fragiles de notre société nécessite toujours une attention encore plus grande de notre part, une vigilance qui s’est considérablement accrue avec la pandémie de Covid-19 et la crise économique naissante. Ces deux fléaux ont fortement ébranlé tous les secteurs de nos sociétés. Ceux qui parmi nous sont les plus vulnérables : les personnes en situation de précarité, les personnes âgées, les malades,… en seront durablement affaiblis. Fidèles aux messages de Jésus auprès des plus petits d’entre-nous, des chrétiens continuent à se tenir auprès des plus fragiles. Au sein de l’Église catholique, l’attention aux plus précaires est portée par le Conseil diocésain de la Solidarité, animé par Luc Piochon, délégué du Secours catholique, que nous avons rencontré.

Comment s’est organisé le Conseil diocésain de la Solidarité avec ce confine-ment ?

Le Conseil diocésain de la Solidarité est constitué de différentes associations qui ont chacune leur mode de fonctionnement propre. Chacune s’est organisée et a fait face de son mieux. La priorité pour tous est la sécurité des acteurs bénévoles de la solidarité et le service aux plus démunis. Les différentes équipes se sont trouvées fortement réduites du fait des restrictions de déplacement. Malgré cela, les bénévoles actifs ont trouvé comment se concentrer sur l’essentiel pour assurer le service.


Concrètement, malgré les conditions d’aide très compliquées, comment agissez-vous ?

La première règle de sécurité est de limiter les contacts directs. Nous arrivons à agir en utilisant les moyens de communication de toute sorte et en laissant colis et aides matériel dans les boîtes aux lettres. La manière dont nous agissons est aussi fortement modifiée. Personne ne peut agir seul comme par le passé. Nous sommes tous amenés à travailler ensemble, associations de la veille sociale et pouvoirs publics. Aujourd’hui, tout fonctionne plus en collaboration.
Pourvu que cela soit une leçon que nous retiendrons.

Le confinement et les risques liés au COVID‐19 nous ont obligé à faire appel à des bénévoles présentant moins de risques de contamination. Qu’avez‐vous mis en place pour recruter de nouveaux bénévoles tout en les protégeant ?

Dès le début, nos équipes ont été fortement réduites. Suite à nos appels, les bénévoles ont été nombreux à se proposer. Nous veillons à ce que tous les bénévoles eux soient bien conscients des risques pour eux-mêmes et pour leurs proches. Nous veillons impérativement à ce que chacun dispose des protections nécessaires pour apporter une sécurité optimale. Cette arrivée de nombreux bénévoles est une belle opportunité pour l’ensemble de nos associations. Nous constatons aussi que malheureusement nous manquons parfois de propositions à leur faire.
Vous avez bien évidemment besoin d’aides, tant matérielles qu’humaines.

Comment vous soutenir ?

Devant la hausse de la pauvreté que nous pouvons craindre, il est plus que jamais nécessaire de donner aux associations les moyens matériels d’accomplir leur mission. Les besoins des plus pauvres sont grands, demain ils seront énormes. Merci d’avance pour votre aide et votre soutien.

Des associations continuent leurs actions comme La Bonne Assiette, l’Ordre de Malte, le Secours catholique, la Société Saint Vincent de Paul,…

Retrouvez-les dans notre dossier en pages 5 et 6 du Sillon n° 827 du mois de mai 2020 en accès gratuit sur notre site internet

%d blogueurs aiment cette page :
Journal Le Sillon

GRATUIT
VOIR